Bannière



Histoire de La Lyre de Vevey

Sommaire :

Les débuts
Nos fondateurs
L'instrumentation de l'époque
L'argent
Les années fastes
La première guerre mondiale
L'Harmonie

Les débuts

En 1865, Vevey célèbre une Fête des Vignerons sur une musique de François Grast et c'est le 15 septembre 1865 que La Lyre de Vevey est fondée.
Il y a, presque certainement, une relation de cause à effet : La Lyre de Vevey a probablement été fondée par un groupe de musiciens de la Fête qui se sont retrouvés pour la fondation. C'est le point de départ supposé.
Nous allons tenter de retracer les grands moments de La Lyre de Vevey au cours de ces 133 dernières années. En 1965, lors du 100éme anniversaire, M. André Gétaz avait réalisé un véritable travail d'historien pour faire revivre toutes ces années. Il avait retracé consciencieusement la période 1865 - 1965, si riche en souvenirs, soulignant ainsi le passé "glorieux" d'une des plus anciennes sociétés de musique du Pays de Vaud.

Nos fondateurs

Que savons-nous de ces pionniers ? Ils étaient une quinzaine d'adolescents, trop jeunes pour entrer au Corps de musique militaire de Vevey. Car en effet, à l'époque, les fanfares étaient issues de l'armée et portaient facilement l'uniforme militaire. Ainsi donc, nos jeunes musiciens demandèrent à M. Alexandre Maillard de les diriger et c'est ainsi qu'il devint le premier directeur de la Lyre. De 1865 à 1871, Louis Peytrequin devient le premier président et Louis Arragon le secrétaire.


Les membres fondateurs le 15 septembre 1865

L'instrumentation

... Un piccolo, deux clarinettes, trois bugles, un cornet, deux trompettes, deux clavicors, un trombone, un orphicleide et deux bombardons, voilà pour l'instrumentation. Le départ n'est pas facile et tout le monde ne maîtrise pas bien son instrument. C'est ainsi qu'il arrive en 1866 de renoncer à une sortie, ou d'en modifier l'itinéraire pour éviter de jouer en public ! Mais les Lyriens de l'origine sont tenaces et continuent de travailler ; les répétitions avaient lieu au Nègre blanc (qui devait devenir le Café Romand, actuellement le Jardin d'Asie). Dès 1868, c'est au Lion d'Or, à la rue de Lausanne, que les répétitions avaient lieu, à raison de deux par semaine en hiver et une en été. Jusqu'à la fin du siècle, l'effectif variera entre 28 et 34 musiciens.

L'argent

Rien de nouveau ! Comme aujourd'hui, les problèmes financiers étaient grands. Pour faire rentrer de l'argent, La Lyre, à cette époque, joue volontiers dans les bals. Le tarif demandé était de 100.- CHF plus boissons et collation pour 24 musiciens, de 20 heures à 4 heures.
Frédéric Hahn, directeur de 1871 à 1878 et de 1880 à 1883, touche 3 francs par répétition et 5 francs par sortie.

Les années fastes

Après ces débuts modestes, les années fastes arrivent :

1882 - Premier concours de La Lyre, Genève, effectif 30 musiciens, résultat : 1er prix d'exécution et 3éme prix de lecture. La partie est gagnée et le comité d'alors, présidé par Gustave Musy, commande son premier uniforme. C'est un uniforme militaire, fourni par l'Arsenal de Morges.
1884 - Deuxième concours, Thonon, où La Lyre récolte deux premiers prix plus une médaille d'or.
1889 - Participation à la Fête des Vignerons. On ne sait pas grand chose sur cette fête mais on peut dire qu'elle a été un véritable tournant dans la vie de la société car, dès les années suivantes, la dynamique devient plus marquée.

Une fanfare à la Fête de 1889 : La Lyre
Une fanfare à la Fête de 1889 : La Lyre

1892 - Voyage de trois jours à Zurich avec concert à la célèbre Tonhalle, concert particulièrement bien réussi.
1895 - Voyage de cinq jours à Marseille. La caisse est vide mais qu'importe... On emprunte 700 francs pour le voyage. Concerts à Marseille et à Toulon, sous la direction de Reinhold Bellmann, qui conduisit La Lyre avec brio pendant 10 ans.
1903 - Fête fédérale de musique de Lugano. Préparation intensive sous la baguette du directeur Charles Kocher. C'est un voyage mémorable de 6 jours, en grande tenue militaire et avec un crochet par Milan. Des résultats presque sensationnels puisque, au retour, le directeur déclare "Si les membres avaient été plus modestes au point de vue boisson, il ne fait pas de doute que nous aurions rattrapé aisément le demi-point qui nous séparait de la première couronne!"
A cette époque, dans le local utilisé depuis 1885 (et jusqu'en 1924, à part six années au Cercle du Léman) à la Brasserie Friedrich, il faut installer une vitrine pour placer les coupes.

 

1905 - Fête des Vignerons, mais aussi voyage à Toulon (avec l'argent de la Fête naturellement). La préparation de ce dernier voyage est intensive. Une répétition a lieu à l'Ancien Casino (actuelle salle du Conseil) devant Gustave Doret (auteur de la musique de la Fête des Vignerons) et Eugène Couvreu, syndic de Vevey, ainsi que le directeur de la Chorale de Vevey : à cette occasion, tout le monde constate les progrès réalisés depuis Lugano en 1903.

La Lyre à la Fête des Vignerons de 1905
La Lyre à la Fête des Vignerons de 1905

1909 - Concours de la Fête fédérale de musique à Bâle. La Lyre interprète "L'Ouverture de Rosamunde", de Schubert.
Elle se voit attribué une deuxième couronne de vermeil avec un total de 133 points (max. 150). Elle compte 60 exécutants.
A ce moment, La Lyre se sent assez forte pour organiser une Fête fédérale de musique et cet honneur lui est accordé grâce au travail de son président Louis Arragon appuyé par toute la communauté veveysanne. Louis Arragon sera nommé membre d'honneur à titre de remerciements.
1912 - Fête fédérale de musique à Vevey. C'est la première organisée à Vevey et probablement la dernière car, vu l'envergure prise aujourd'hui par les manifestations de ce genre, nous doutons que Vevey puisse répéter cet acte de foi dans les années futures.
La fête a lieu le 3 août 1912. La cantine est de 3500 places. La journée commence par un tir des traditionnels 22 coups de canon par les Cadets, sur la terrasse de St-Martin.
Les concours se déroulent au Casino du Rivage et à l'église Ste-Claire. La Lyre interprète "L'Ouverture de Sémiramis" et, après un cortège qui regroupe quelque 2000 musiciens, le directeur de La Lyre, M. Steiniger, dirige sur la place du Marché, deux imposants morceaux communs.
A cette époque, La Lyre était à son point culminant, bénéficiant d'un appui important des Autorités et, sur le plan musical, sa renommée était solidement assise ; l'autorité de son directeur M. Steiniger avait fait merveille.

 

La première guerre mondiale

Hélas, les heures sombres de la première guerre approchent et, en 1915, La Lyre se voit obligée de renoncer à son cinquantenaire. Les musiciens sont mobilisés, il y a donc baisse de participation et, pis encore, le directeur Steiniger est vivement critiqué, attaqué par certains milieux du fait de sa nationalité allemande. Ces attaques sont injustes et les Lyriens le savent bien. Ils le défendent sans restriction car ils sont conscients de tout ce que La Lyre lui doit.

1922 - M. Steiniger, malade, démissionne. Oscar Champrenaud, bien connu et dont nombre d'entre nous se souviennent encore, devient sous-directeur et assure l'intérim pendant cinq mois, à côté de ses fonctions d'instructeur à la Fanfare des Cadets. Puis M. Moratin, de Bienne, est nommé directeur. La Lyre se présente alors avec 67 exécutants et, pour la première fois, un double jeu de saxophones.
La crise économique aidant, les difficultés financières sont grandes, la fréquentation des répétitions mauvaises ; on supprime des répétitions, on supprime des concerts. Lorsque le 28 février 1922 on rapporte la bannière fédérale pour la fête de Zoug, on y va seulement en délégation, ne pouvant pas faire face, ni financièrement, ni musicalement, aux obligations d'une telle fête. En effet, seul le comité se déplace avec M. Samuel Gétaz en tête, qui remplace le président Arragon, malade.
En 1923, la situation oblige de diminuer le salaire du directeur de 4000 à 3000.- CHF. M. Moratin n'accepte pas et démissionne. Tout a l'air compromis, l'avenir n'est pas rose et c'est alors que La Lyre peut opérer un redressement spectaculaire. Il faut dire qu'une nouvelle Fête des Vignerons approche, élément stimulateur évident, et surtout qu'un directeur providentiel nous arrive : Jean Novi, qui marquera notre société sur près de 30 années. Il dirigea également la Fanfare des Cadets, véritable "réservoir" de musiciens pour La Lyre.

L'Harmonie

Jean Novi accueille avec enthousiasme les propositions d'Oscar Champrenaud et Claudius Revillard (président) de transformer La Lyre en harmonie. En moins de trois ans, La Lyre pourra présenter un concert avec une instrumentation complète de bois, sans apport extérieur. Moins de trois ans pour former les clarinettes, deux hautbois, deux bassons, et même un cor anglais. Le travail de Jean Novi a été acharné et il venait à un moment, il faut le dire, où il disposait de quelques "surdoués". [...]
Dans cette ambiance positive, le 11 septembre 1924, La Lyre tient sa première répétition à La Cour-au-Chantre, salle qu'elle partage, pendant quelques années, avec l'Union chorale. Couronnement de tous ces efforts, le 24 septembre 1925, la Municipalité autorise La Lyre à s'intituler : HARMONIE MUNICIPALE.
Ce titre donne une assise importante à La Lyre, vis-à-vis des autres fanfares qui existaient à l'époque, soit : la Philharmonie italienne, l'Instrumentale et l'Amicale.

1926 - Voyage à Mâcon, accompagné du syndic de Vevey, Eugène Couvreu.

Fête des Vignerons de 1927 : La Lyre est incluse au grand orchestre
Fête des Vignerons de 1927 : La Lyre est incluse au grand orchestre

1927 - Fête des Vignerons où Gustave Doret choisit La Lyre pour jouer avec l'orchestre. C'est un grand travail mais aussi une expérience valorisante sur le plan technique et ensuite... sur les retombées financières, puisque la Confrérie verse à La Lyre la somme de 17600.- CHF.
1929 - Le décès de Louis Arragon marque cette année. Il aura consacré 64 ans de sa vie à La Lyre.
1931 - Pour l'exposition colonial de Paris, La Lyre se rend dans cette ville avec un arrêt à Dijon. Le voyage dure 5 jours et reste marqué dans la mémoire des musiciens.
Comme lors de la première guerre mondiale, pendant 1939-1945, La Lyre s'offre un long entracte obligatoire.
1950 - Voyage à Sisteron où La Lyre vécut, dans cette France sortant de la guerre, des fêtes grandioses dans un enthousiasme populaire rare.
1951 - Le porte-drapeau de l'époque, Fernand Dubois, présente la nouvelle bannière à la population. La manifestation avait lieu sous la présidence d'honneur de M. Emile Gétaz, abbé-président de la Confrérie des Vignerons. Le choix du drapeau qui, rappelons-le, est encore celui d'aujourd'hui avait été difficile et l'on trouvait dans la commission ad hoc, un certain Charles Favez.
Le directeur Jean Novi, multiplia les concerts : Verdi, Mascagni et d'autres, puis, le 27 septembre 1952, il démissionne après 29 ans d'activité.
1952 - La direction est reprise par Roger Chevallay ; la Fête de Vignerons de 1955 se rapprochait.

 

La Lyre à la Fête des Vignerons de 1955
La Lyre à la Fête des Vignerons de 1955

1955 - Fête des Vignerons, musique d'honneur et musique du printemps.
1956 - Inauguration d'un nouvel uniforme. Sortie à Esch, au Luxembourg où les Lyriens affrontent un jury international, avec l'exécution de "Cendrillon" de Rossini et "Rhapsodie flamande" de Poot, ainsi qu'une lecture à vue. Sur 90 sociétés, La Lyre obtient le 3éme prix de tenue et défilé.
1960 - Michel Rochat remplace à la direction Roger Chevallay, qui avait présenté sa démission quelques mois avant sa tragique disparition. Sous la baguette du directeur Rochat, La Lyre est préparée pour la Fête cantonale des chanteurs vaudois dont elle sera la Musique de fête.
Les années qui suivent seront très difficiles, les effectifs chutent (jusqu'à 16 musiciens), les caisses sont vides, les dettes pointent, le parc d'instruments doit être entièrement renouvelé.
1963 - Devant cet abîme, le comité de La Lyre se désiste et renonce à sa participation à la Fête cantonale des musiques vaudoises d'Yverdon. Le nouveau président Charles Favez (qui fut président pendant 10 ans[...]) prend en main les rênes du pouvoir. Son obstination, son travail en profondeur devaient porter leurs fruits ; il sut persuader quelques anciens membres de revenir jouer à La Lyre. Il sut frapper aux bonnes portes et quelques veveysans permirent le renouveau. Ils avaient pour nom Alain Bosset, William Gehrig, Eric Paccaud, qui trouvèrent 20000.- CHF pour le renouvellement des instruments.
1964 - Encore mal remise de ses difficultés, La Lyre fait malgré tout bonne figure à l'Exposition nationale de Lausanne, où elle participe à l'un des trois concerts de gala organisés par la Fédérale. Puis, lors des Journées de la vigne et du vin, elle se taillera un franc succès : elle avait revêtu les costumes de la Fête des Vignerons de 1955.
1965 - C'est l'année du centenaire qui, malgré les difficultés, peut être fêté dignement, encore une fois grâce au concours de veveysans dévoués. Cette fois, il s'appelaient Edouard Clavel, Edouard Dinkel et tant d'autres.
Et c'est ainsi que notre ami Charles Favez se battit pour sa Lyre jusqu'en 1973. Il connut deux directeurs : Michel Rochat puis Roger Volet (bien connu dans les milieux de la musique instrumentale), qui assura l'intérim pendant environ une année.
1973 - Roger Michaud reprend la présidence et Raymond Pasche la direction. Ils ont devant eux quelques rendez-vous importants.

 

1975 - Concours cantonal des musiques vaudoises de Mézières ; excellents résultats : 2ème en 1ère division en ce qui concerne l'exécution des morceaux de choix et imposé ; 1ère place au défilé avec le Challenge.
Inauguration d'un nouvel uniforme puis, notons encore notre participation au Festival des musiques de France, à Brignais près de Lyon.
Puis c'est la Fête des Vignerons de 1977 qui se profile à l'horizon, où La Lyre sera musique de Palès dans la Troupe du Printemps.

La Lyre à la Fête des Vignerons de 1977
La Lyre à la Fête des Vignerons de 1977

1983 - La Lyre organise à Vevey le 21ème Concours cantonal des musiques vaudoises. Un gros travail dont le Comité d'organisation, présidé par notre membre d'honneur Gaston Curchod, en fait une réussite à tous points de vue, même financièrement.
1985 - Fête fédérale des musiques à Winterthour. Classement : 4ème en 1ère division fédérale.
Le président Michaud nous quitte, mais nous reste, oh combien, fidèle. La Lyre retrouve une vieille connaissance : Charles Favez, du haut de ses 75 ans, reprend la présidence en attendant Alain Bassang.
1987 - La Lyre participe à la Cantonale de Château-d'Oex. Elle se doit de ramener la bannière cantonale qui lui avait été confiée en 1983. Elle profite pour remporter quelques lauriers... comme d'habitude dirons-nous.
1989 - C'est l'arrivée d'un nouveau directeur Jean-Claude Kolly, après le départ de Raymond Pasche et ses 16 ans de fidélité.
1990 - La Lyre fête ses 125 ans ! Toujours là après toutes ces années de difficultés et ces années fastes... Et elle aura encore de belles années devant elle !
1998 - Participation de La Lyre au Concours cantonal des musiques vaudoises à Granges-Marnand. Elle sort 2ème en 1ère division : il n'y avait que deux sociétés en 1ère division. Mais à cette époque on se rend compte que le niveau des musiciens à sérieusement baissé. On se remet alors en question.
1999 - La Lyre s'engage pour cette nouvelle Fête des Vignerons au tournant du millénaire. Ce sera une réussite en tout points. Le local de La Cour-au-Chantre se transforme alors en caveau et accueille des centaines de personnes durant les trois semaines de fête.
   
   
Fête des Vignerons 1999 - La Montferrine
   
2001 - La présidente ne supporte plus sa charge. Il faut dire qu'elle doit remplir trois fonctions à la fois faute de volontaires : président, vice-président et secrétaire. Elle démissionnera, les trois fonctions seront reprises en intérim : la présidence par Robert Bron, la vice-présidence par M. Lachat, commandant des cadets de Vevey et le secrétariat par Arnaud Wiesmann.
2002 - La vice-présidence est reprise par Michel Pelot et le secrétariat par une personne externe : Reynold Goumaz. Le 29 juin, c'est aussi la participation d'un certain nombre de lyriens à la journée vaudoise de l'Expo.02 où environ 800 musiciens de tout le canton de Vaud se sont réunis pour jouer une pièce composée pour l'occasion par Jean-François Bovard.
2003 - Participation de La Lyre à la fête cantonale des musiques vaudoises à Gland. Elle sort 3ème en première division.
2006 - Le directeur Jean-Claude Bloch quitte la société pour d'autres horizons. C'est Philippe Demierre qui est engagé et qui reprendra la direction de la société.
2007 - Après six années de mandat, Robert Bron laisse la présidence à Gian-Marco Raffaele.
2008 - Les événements marquants de cette année sont notamment nos participations à la Triennale de la Confrérie des Vignerons, en avril, Fête cantonale des Musiques vaudoises, en mai à Montreux (4me rang en 1ère division) et week-end en septembre à Mülheim/D, pour le 10me anniversaire du jumelage avec la Ville de Vevey. Notre concert annuel de décembre est joué pour la dernière fois à Salle del Castillo, en attendant sa rénovation pour 2014. Dès 2009, nos concerts de fin d'année se donneront à la Salle des Remparts de la Tour-de-Peilz.
2011 - Lors de l'Assemblée générale, Robert Bron est nommé Président d'honneur et Pierre Dufour reprend la succession de Gian-Marco Raffaele au poste de Président. Durant cette année, un comité, présidé par Pierre-André Glauser est partiellement constitué afin de dresser les grandes lignes de notre 150me Anniversaire, en 2015. Au mois d'avril, nous participons à la Triennale de la Confrérie des Vignerons, à Montreux.
2012 - Le 27 avril, au Théâtre de Vevey, nous organisons un concert gratuit avec la Fanfare de la police cantonale vaudoise. Malgré une bonne publicité, une centaine de personnes seulement est présente. Déception, mais nous devons repartir motivés pour nos concerts d'été ! Nos concerts annuels ont lieu à la salle des Remparts de la Tour-de-Peilz.
2013 - Le dimanche 12 mai, nous participons en 1ère division harmonie, à la Fête cantonale des musiques vaudoises à Savigny (4e sur 4 sociétés !). L'important est de participer et chaque musicien a fait le maximum. Le 8 juin à Blonay, concert jumelage Vevey - Müllheim. Derniers concerts annuels à la salle des Remparts.
2014 - La Lyre s'est réunie à 57 reprises durant cette année (répétitions et services). Les moments marquants furent notre participation à la Triennale de la Confrérie des Vignerons au Théâtre puis aux Galeries du Rivage en avril, ainsi que nos 13 concerts d'été et autres prestations officielles, dont l'inauguration de la salle del Castillo le 31 octobre. Dès le 1er août, l'école de musique Crescendo qui était administrée auparavant par la Ville, a été reprise par la Lyre, avec la nomination d'un responsable de site. Elle fait partie dorénavant de l'Association Multisite qui regroupe 49 écoles de musique dans le canton. Retour à la salle del Castillo pour les concerts annuels des 6 & 7 décembre. Le comité du 150e paufine la préparation de ce jubilé avec 5 événements prévus en 2015.
2015 - Cette année fut particulièrement riche en événements. 58 répétitions et services, dont 11 concerts ou prestations officielles à Vevey ou à la Tour-de-Peilz ont eu lieu en 2015. Dans le cadre de note 150me anniversaire, nous organisons, le 22 mars, la Fête des Jubilaires de la Société cantonale des musiques vaudoises (SCMV), réunissant plus de 400 personnes pour la remise des diplômes et médailles au théâtre, l'apéritif aux galeries du Rivage et le repas à la salle del Castillo. le 13 juin, au même endroit, nous inaugurons notre nouveau drapeau, avec comme marraine la Confrérie des Vignerons, mais malheureusement devant un public trop clairsemé ! Le 29 août, journée populaire et festive sous la Grenette, faisant suite au dernier marché folklorique de l'année avec la participation de l'ensemble musical et folklorique d'Hirsingue/Alsace. Le 28 novembre, Kiosque à musiques de la RTS à la salle des sports du collège de la Veveyse. Une super pub pour nos concerts-spectacles des 5 et 6 décembre à la salle del Castillo, présentés à plus de 800 personnes. Magnifique succès qui met un terme à notre 150me. Pour ce qui concerne notre école de musique "Crescendo", M. Christophe Liechti est désigné responsable de celle-ci dès le 1er juin.
2016 - Cette année a été marquée par la Fête fédérale de musique qui s'est déroulée à Montreux-Riviera, les 10,11,12,17,18 et 19 juin. Environ 25'000 musiciens de toute la suisse (556 sociétés) ont été accueillis dans notre région et se sont produits dans 12 salles de concours réparties entre Montreux - La Tour-de-Peilz et Vevey, ainsi que 3 parcours de concours de marches. 24 salles d'échauffement étaient également prévues. Les musiciens de la Lyre avaient pour mission, avec l'aide de 60 autres bénévoles, d'assurer la gestion du Théâtre Le Reflet, de l'église Ste-Claire, ainsi que 4 salles d'échauffement (107 sociétés au total sur les 6 jours). Mis à part ce très important engagement, nous nous sommes produits lors du Giron des musiques de la Glâne, à Châtonnaye/FR, d'un culte au temple de St-Martin, à 3 services officiels de la Ville, 2 marchés folkloriques, 1 concert d'été à la Place Robin et 1 concert dans un centre de personnes âgées. Nos concerts annuels des 3 et 4 décembre à la salle del Castillo, sur le thème des musiques de films, se sont fort bien déroulés (600 personnes au total). Au niveau administratif, Sarah Golaz a remplacé Sergio Calabretta au comité, dès le mois de mars.

Merci à tous ! Longue vie à La Lyre et... en route pour 2040.

Le texte de ces pages a été tiré du programme du 125éme anniversaire de La Lyre de Vevey en 1990.
Rédaction : Gérald Dubois, secrétaire du C. O. du 125éme
Documentation : archives de La Lyre et historique du 100éme établi en 1965 par André Gétaz
Photos : archives de La Lyre et Confrérie des Vignerons
Certains passages ont été supprimés ou rajoutés afin que cet historique soit compatible avec notre époque.